17 Avril What the Fuck!


y'en a vraiment pour penser qu'une boite cadenassé et des bouts de papier peuvent changer quelque chose?

y’en a vraiment pour penser qu’une boite cadenassé et des bouts de papier peuvent changer quelque chose?

Salut à tous ! Ouais nous sommes toujours vivants, Même el 7arrag j’ai vérifié récemment vous n’inquiétez pas… Nous allons donc sans plus tarder nous lancer dans un nouveau billet quotidihebdomensuanuue bref un nouveau billet.

Vous l’aurez surement compris nous allons parler un peu des élections, c’est le thème du moment, et je vais faire comme tout le monde et partager avec vous une analyse claire, pertinente, et objective de la situation… Bin oui c’est mon analyse, elle ne peut être que tout ça et plus encore !

Non en fait je rigole, je n’ai rien analysé du tout, je ne lis plus les journaux, je ne mate pas les news, et pour tout vous dire je ne sais même pas si je vais voter ! Certains disent que voter est plus qu’un droit : c’est un devoir en ces temps obscurs et incertains ! D’autres répondent que voter, même blanc, c’est être complice d’un système crapuleux qui veut maintenir un statut quo aussi corrosif que mortel pour le futur de notre si cher et beau pays… qualificatifs redondants qui vont comme un gant au contexte actuel et qui ont perdu toute substance à force d’être sortis à tort et à travers, à force de crier au loup…

Il faut dire qu’avant c’était beaucoup plus simple, on nous disait de voter et on ne le faisait pas. Maintenant qu’ils nous demandent de ne pas voter on fait quoi ? Je suis bien emmerdé moi avec leurs conneries. D’un côté si je vote je soutiens automatiquement Abdelaziz… désolé mais ça ce n’est pas possible. De l’autre si je ne vote pas, cela risque d’être perçu comme un mouvement de protestation, voire de boycott ! Ça reviendrait à dire que je soutiens soit le RCD, ou Sofiane Djilali, Benbitour, Ennahda?!! Ah non non non ça aussi ça va pas être possible hein.

Je suis donc devant un dilemme électoral… ce qui ne facilite pas la prise de décision finale, ni même initiale d’ailleurs. Dans ces cas là rien ne vaut l’avis du peuple, qui est d’ailleurs présenté comme la plus grande victime des futures élections. Comme si ce peuple dont on a soudain décidé de se soucier vivait heureux depuis 1962… Le peuple algérien est divisé (comme toujours) concernant ces élections. Une partie veut voir Bouteflika sur le trône, car il est le SEUL garant de la « stabilité » du pays. C’est grâce à lui que nous vivons des jours heureux, que la dette nationale a été remboursée, que le terrorisme n’existe plus,  que l’Algérie est visible sur la scène internationale et que etc … Ce qu’il faut pas entendre comme conneries… Nous avons également ceux qui pensent que Bouteflika est bon, que c’est les « autres » qui l’entourent qui sont mal intentionnés. Ces fameux autres sont donc venus de nulle part, et se sont confortablement installés près du Abdelaziz et ont commencé à pomper l’Algérie ? Passons passons…

C’est pas fini, il y a également ceux qui pensent que l’armée est la seule qui décide, qu’aucun président algérien n’a été élu démocratiquement et que c’est pas près de changer… d’autres leur répondent que Bouteflika a affaibli la mainmise du DRS et que le lutte des clans est à son paroxysme, d’autres que non c’est faux, Tiguentourine c’était un coup du DRS pour écorner l’image du président. Qu’ils préparent un coup d’état, que non, que si, que c’est les Américains qui nous manipulent dans l’ombre, qu’en fait non c’est les français qui soutiennent Abdelaziz car il leur vend l’Algérie à perte etc…

Pendant ce temps, dans la réalité, Sellal, le bouffon du roi, se moque de tout le monde et se permet même d’insulter nos concitoyens, nos chers Chaouis qui sont pourtant connus pour être les plus farouches des algériens, au nom de quoi ? d’une blague à deux balles destinée à ne faire rire que lui. Les politiques ne sont-ils donc plus tenus d’avoir une certaine finesse dans leurs discours ? Le talent d’orateur n’est-il plus de mise pour la classe politique? De même pour Amara Benyounes qui se permet d’insulter mon père, le vôtre, et même celui du type là-bas la ! Bon ok c’est une expression populaire, mais dans la bouche d’un ministre, pas aussi populaire que ça d’ailleurs, dont on attend une certaine élégance dans les propos, franchement ça le fait pas…

Pendant ce temps-là, le peuple décrypte : En fait Sellal, en directeur de campagne avisé, visait Benflis par cette boutade subtile et bien tournée… Non en fait non car Sellal est un agent double chargé de saboter Abdelaziz pour le compte de Benflis car fut un temps où il était son protégé… Non mais merde à la fin il faut arrêter à moment donné, le mec il est juste con, POINT. Quoique… au début si je me souviens bien il ne disait pas autant de conneries que maintenant… que s’est-il passé entretemps ? Ah non merde ça suffit la parano et j’ai pas de réponses !

Revenons à l’autre partie, l’opposition, comme on l’appelle, une opposition de papier mâché, car elle n’a aucun pouvoir et ne peut réellement rien contrebalancer. Des boycotteurs dont tout le monde se fout et qui n’ont donc d’autres choix que d’essayer d’attirer notre attention en beuglant à tort et à travers que l’état est pourri, une opposition qui n’a d’autre recours que de faire semblant de s’y connaitre en critiquant un pouvoir qui brille par son absence d’efficacité, par sa léthargie et qui, de fait, ne peut être que critiquable . Une bande d’éclopés politiques qui brassent l’air à coups de boycott et qui n’ont pas encore compris que jouer selon les règles ne sert à rien. Car le livre des règles a été amendé, et qu’il sert les gouvernants et uniquement eux. Malheureusement, la seule manière politique et pacifiste de changer les choses est de s’unir… derrière l’un des candidats en lice. Chose qui, selon mes souvenirs, n’est jamais arrivée, et qui ne semble pas réalisable cette année… En France, à titre d’exemple, le deuxième tour opposant Chirac à Le Pen a vu un ralliement massif derrière Chirac… L’union fait la force, surtout derrière un ennemi aussi puissant. Surtout si dans le fond, tout le monde a les mêmes grandes lignes dans leur projets : créer une économie, une industrie, une agriculture dignes de ce nom, développer les TIC, faire de la jeunesse la nouvelle force du pays etc… et j’en passe et des meilleures. Bref faire tout ce que l’état ne fait pas ou a échoué à faire, et « sortir de la politique de rente ». En fait, la seule fois ou les choses se sont passées démocratiquement en Algérie, ça s’est fini en bain de sang… Certaines choses ne sont peut-être pas destinées à se réaliser… Ou peut-être ne sommes-nous pas encore prêts à faire les sacrifices nécessaires ?

Et il y a les lièvres… ceux qui se pointent à chaque élection, les habitués du comptoir électoral, qui crient au scandale, mais moins bruyamment que leurs comparses, et qui ont LA solution ULTIME pour faire de l’Algérie le paradis qu’elle devrait être: bah voter pour eux pardi vous vous attendiez à quoi ?! Les mauvaises langues diront que ces derniers se pointent pour ramasser l’enveloppe des 6 milliards du budget de campagne, mais je m’abstiendrai de donner mon opinion sur la question… oh et puis merde je pense comme eux, je suis une mauvaise langue !

Reste le Benflis, le grand absent politique de ces 10 dernières années, qui nous revient comme une fleur et qui est un peu beaucoup plus visible, ayant des moyens plus conséquents que les lapinous d’en face, mais aussi un passé de challenger venu reprendre sa revanche. C’est tout de suite plus excitant qu’un programme électoral. Réussira-t-il à mettre KO un Abdelaziz diminué ? Ou bien se fera-t-il écraser par le trône roulant ? Vous le saurez en regardant l’épisode spécial du 17 Avril !

Au final, ces élections restent à mes yeux un évènement mystérieux et peu intéressant, un comble pour un mystère ! J’ai quand même bien envie de voter, rien que pour le fait de faire un truc que je n’ai jamais fait avant. Enfin pour ça il faut se faire une carte de vote. Et perdre une demi-journée à faire la queue sans avoir la certitude de l’obtenir est une perspective qui ne m’enchante que très très moyennement… Alors pour qui ? Je sais pas encore, Rebaine peut être ? Histoire de pas voter blanc et soutenir frauduleusement et indirectement Bouteflika… On verra !

Infection bactérienne ou virale, aiguë, de l’oropharynx


L’angine, ça c’est pour bien finir l’année tiens ! On a beau frôler la noyade en ne ratant aucun jour de pluie, même pas un éternuement. Et on a beau sortir normalement couvert, un jour de soleil, sans se découvrir d’un fil, alors que c’est même pas avril. Et là c’est le drame ! Les voies du système immunitaire sont impénétrables… c’est donc avec la fièvre et  les courbatures d’usage que j’écris ces quelques lignes. Tout a commencé un doux matin de décembre alors que je gambadais allègrement au centre-ville, zigzaguant entre les vendeurs sans la sauvette, les bonnes femmes qui regardent les merdes  marchandises étalées par terre avec beaucoup de recherche, et les voitures qui sortent du Naftal du coin (oui passer à pieds par le Naftal du coin vous fait éviter la horde de consommateurs fixée au trottoir, hélas les vendeurs étalent également à l’intérieur de la station, mais c’est un autre sujet auquel nous reviendrons, ou pas !). Arrivé au boulot je m’installe mais me sens quelque peu… déglingué, je me dis que c’est rien que ça ira en mangeant et j’ai mis ça sur le compte de la fatigue permanente qui me colle au… corps (qu’allez-vous imaginer là ?)

Image

Le boulot 

Bien sûr je ne mangeai pas, absorbé par le boulot, et faisant tout mon possible pour finir au plus vite, j’ai oublié ! Pas vraiment nouveau, passons…

L’après-boulot 

En sortant, je suis allé diner avec un ami : sandwich tiède et insipide payé une petite fortune pour le gagne misère que je suis. Mais je rigoooole, je l’ai pas payé j’ai été invité et je tiens à chaudement remercier ami de moi qui m’a payé la tambouille !

L’après après-boulot

En sortant il faisait froid, trop froid ? Je ne saurais dire, mais le sentiment de « toutechozitude » ne me quitta pas. Nous continuâmes la soirée en nous adonnant au loisir national préféré : le pied de grue. S’ensuivit un « after » des plus endiablés : le café du coin… un thé dans le gosier plus tard je réalisai que j’avais mal aux os. Ce qui est, avouons-le, peu commun. Mais je décidai d’oublier toutes ces tracasseries et d’apprécier l’eau chaude le thé en grelottant comme un con à la terrasse d’un café qui passe en boucle « El Ballon » à faire semblant d’écouter des conversations qui ne m’intéressent pas forcément. Quelques heures plus tard je salivai mentalement à l’idée de la douche brulante qui m’attendait…

La salle de bain

YAPADO !, c’est l’onomatopée qui sortit de ma tête engourdie quand j’ouvris le robinet et que j’aperçus le mince filet d’eau glacée qui coulait, de là d’où aurait dû se déverser des torrents de flotte brulante et pétillante comme du Sprite ! (ou du champagne ça dépend des goûts!)

La chambre                                                        

Pas grave, faisons une partie de OFDP, ça nous réchauffera ! C’est à ce moment-là que l’inquiétude m’empoigna : je n’arrêtais pas de perdre !!! Non, ce n’est pas normal, il doit y avoir un truc, Mais quoi ? Me couchant et naviguant sur les internets, je déglutis banalement. Et c’est à ce moment précis que je compris que le mal m’habitait la gueule !!! Une douleur atroce s’empara de ma gorge et descendit pour se terminer quelques secondes plus tard (secondes qui me firent l’effet d’heures passées à regarder El Yatima). L’angine, cette salope ! Je décidai d’agir au plus vite, avant que les choses n’empirent…

La Cuisine

Et c’est donc deux heures plus tard que je réussi à m’extirper du lit pour aller me sustenter la gueule, histoire de déclarer la guerre à cette merde qui me chopa à la gorge ! Soulevant le couvercle de la marmite je découvris l’ennemi naturel des maux hivernaux : le bouillon de légumes ! Pardon c’était un « velouté », c’est la même merde mais en moins liquide… bref en mon for intérieur je me disais : « Mektoub Rabbi* » tout en me demandant si, au final, une bouffe qui se pisse est vraiment aussi vertueuse qu’on veut nous le faire croire. Complot Illuminati ? Campagne marketing ? Nous n’y reviendrons certainement pas !

La Chambre, le retour

Et c’est ainsi que je me retrouve vautré, des courbatures jusque dans les yeux, à frissonner alors qu’il fait un climat tropical, et à bêtement bloquer ma respiration et à expirer en faisant le bruit de quelqu’un qui pousse un 747 à mains nues. Ou je l’ai chopé cette merde putaiiiiiiiiiiiiiin. Ah j’ai oublié de dire que je délire, et que donc en même temps que j’écris je fais en sorte de filtrer les idées cohérentes de mes délires qui me font avoir peur de moi-même…

Conclusion

Les gens se reposent-ils vraiment en cas d’angine ? Pourquoi suis-je encore sur Word à frissonner mes états d’âme sur papier électronique ? C’est un sujet auquel nous reviendr non mais ferme ta gueule !

PS : pour les masochistes et les No-Life qui ont eu le mauvais gout de lire jusqu’au bout, et qui de plus, se sentent de commenter, prière de ne pas me parler de « chaud et froid », de virus, de microbes et encore moins de soupe. Rabi Yjibelkom echfa !**

PPS : pour les masochistes et les No-Life qui ont eu le mauvais gout de lire jusqu’au bout, et qui de plus, sont médecins ou ont des conaissances en médecine, prière de me laisser croire à une angine même si les symptomes ne correspondent pas !

 PPPS: non rien..

*Mektoub Rabbi : c’est le destin

** Rabbi Yjibelkom echfa : Dieu vous guérisse

3idkom Mabrouk 2013


Ce putain de blog prend la poussière, ça fait chier. Mais bon qu’est-ce qu’on y peut ? 3idkom Mabrouk touça touça la famille les amis, les formules censées t’envoyer au paradis etc.. Chacun met ce qu’il veut, évitons les messages impersonnels.

Après une bonne nuit de sommeil matinal (dormi à 7h réveil à 10h) quelle ne fut pas ma joie de découvrir que les affaires courantes et inhérentes à ce genre de matinée ont déjà été expédiées. Tant mieux ça me fera moins de têtes à saluer. Sauf que de son côté la mère gueulait, et les jours de fêtes la mère gueule pour un oui ou pour un non. Le spectateur lambda voyant la mère s’agiter dans tous les sens les jours de fête croira surement à l’arrivée imminente d’un VIP, il n’en est rien, le mystère restera entier je pense, et la vérité restera ailleurs… Bien sûr j’y étais pour quelque chose à ces coups de gueule matinaux, je ne sais pas trop quoi mais j’avais une part de responsabilité la dedans, je sais pas quelle part exactement, mais c’est comme ça et puis c’est tout. En guise de représailles, j’eus droit à une liste de corvées longue comme le bras. En les effectuant je maudissais le sort qui m’avait fait humain, me refusant par la même l’utopique condition de mouton !

C’est un peu plus tard que les choses se sont améliorées : La préparation des brochettes. Moment privilégié ou l’on palpe de l’organe vital, ou on coupe, on taille et on pique, le tout dans une ambiance bon enfant, couteaux à la main, de l’hémoglobine partout… Je suis pas psychopathe ! Moment rare de détente car je peux courser mon frère, un foie à la main et le voir détaler à toutes jambes. Ou encore mieux, lui demander de plonger la main et de prendre le cœur ou un poumon contre une certaine somme d’argent que je n’ai évidemment pas. Voir dans son regard le combat sans merci entre la répugnance ancestrale qu’il éprouve pour ces textures molles et cramoisies et la promesse du butin si jamais il arrivait à se défaire de son dégout… il n’y est fort heureusement jamais parvenu et dieu merci d’ailleurs, je suis déjà assez désargenté comme ça!

Bref un peu de sérieux, retournons à nos brochettes. C’est donc quelques brochettes plus tard que la mère se pointe un balai à la main à marmonner je sais pas trop quoi à propos d’un fils soi-disant trop bordélique. Le paternel, ne résistant pas à la tentation, lui lâcha une petite pique pour détendre l’atmosphère et la faire rigoler un coup, et je décidai de l’approuver dans sa démarche et de confirmer moi-même, abondant dans son sens. Nous reçûmes pour toute réponse un coup de balai dans la gueule chacun. Ce n’est pas que ma momon ne communique pas, c’est juste qu’elle trouve qu’un coup de balai c’est plus rapide qu’une phrase quand on bosse dans l’urgence. Et puis aussi, des fois, elle pense qu’un coup de balai vaut mieux que mille discours, mais gardez ça pour vous !

Vint l’heure du festin, le moment ou l’homme devient tigre, et je peux vous dire que je souffre. Je sais pas si vous connaissez cette sensation ou on croit être à sa limite et puis après un verre d’eau on se dit: « ah bah en fait non je peux continuer ». Alors que, en fait, non il fallait s’arrêter ? C’est exactement comme ça que je me sens, comme quelqu’un qui réalise qu’il aurait vraiment dû s’arrêter !

Et c’est ainsi qui je me suis retrouvé à écrire ce truc. Pour passer le temps, et toute la bouffe qui va avec, sauf que, aucun des deux ne semble vouloir coopérer, ajoutez à ça des paupières de une tonne qui ne cherchent qu’à se fermer et vous saurez à peu près tout ce qu’il y a à savoir sur l’Aïd de cette Année.

Canard du jour, Couacs de toujours


diario-de-pato-sobre-fondo-blanco

Ramdaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaane !

Synonyme de mort imminente pour certains, de farniente pour d’autres, de paix, de tranquillité et de contemplation pour personne… Vous l’aurez compris, «Sidna romdane» ne laisse personne indifférent. Tout le monde trouve son arrivée chiante, tout le monde regrette son départ. L’amour vache dans toute sa splendeur !

Je vous aurais bien recommandé de lire ceci avant la rupture du jeûne, histoire de passer le temps et d’oublier l’une de vos très nombreuses et variées addictions, mais je me suis dit que ce n’était peut-être pas une si bonne idée. Je vous aurais bien recommandé de lire ceci après la rupture du jeûne, mais je me dis que vous n’aurez pas le temps car vous vous jetterez corps et âme dans la satisfaction de vos addictions et de vos bas instincts ; bande de goinfres gavés de Bourek, de Chorba et de 25ème plat. Au final vous ferez comme vous voudrez, je ne serai en aucun cas tenu responsable de vos crises de foie ou de vos hypoglycémies de toute façon. Passons !

Avant-hier, très précisément, j’ai eu l’idée de me remettre à un vieux passe-temps, un vieux passe-temps comme on en fait plus, révolu, dépassé et franchement inutile : lire le journal. Ce fut une très mauvaise idée. Le journal reste à mes yeux le meilleur moyen de se rendre compte que l’on vit dans un pays de merde ou tout va mal et ou tout le monde prétend que tout va bien. Certains rigoleront doucement de cette pratique d’un autre âge : le journal sert de nos jours à emballer les emplettes et à essuyer les miroirs et autres vitres, et surtout pas à se faire lire, grand dieu non ! Les jeunes d’aujourd’hui qui lisent (la bonne blague) le font sur écran, et sur Facebook (la superbonneblague). Bref, décidant d’aller contre vents et marrées j’ouvris le canard, page des jeux, après m’être cassé les dents sur les mots fléchés d’El Watan, je me suis dit : « Allez mon vieux, du courage une fois qu’on s’est remis dans le bain, ça viendra tout seul » et j’y suis allé. J’ai d’abord changé de journal (allez savoir pourquoi peut être une manière de procrastiner) Page une pour voir un peu tout ce qui s’est passé de nos jours et dans nos ternes contrées : l’Égypte dans le caca, ça a le mérite d’être clair. L’Algérie dans la mouise, ça a le mérite d’être discutable, eh bien discutons discutons :

Un peu de politique pour commencer ? Allez hop

Benbitour : « je ne serai le candidat d’aucun parti politique »*

« Les formations politiques sont toutes le produit du pouvoir » : révélation fracassante, c’est ce qui s’appelle enfoncer des portes ouvertes ! « C’est pour cela qu’il faut se réunir autour d’un programme, voire un projet de société »… Mon dieu, je suis déjà séduit ! Je me sens renaitre, je suis galvanisé… par tant de conneries ! Faire croire au peuple qu’on lui veut du bien car on rejette les partis, c’est original ! Le reste de l’article est une campagne électorale : sortir de l’économie de rentre, relancer l’industrie et l’agriculture, créer de l’emploi, générer des richesses, et moderniser les structures. Voilà des exemples de solutions proposées par Benbitour.

Solutions (n.f) tous les termes pompeux et génériques sortis à tout va et connus de tous, mais que personne n’applique. Larousse Français-Algérien édition 2013 (chez votre libraire et votre homme politique du moment/vendeur de vent). C’est l’impression que m’a fait le sieur rien de plus, rien de moins, on fait son intéressant à l’aube des présidentielles, ça reste de bonne guerre…

Amara Benyounes nous met en garde contre le discours radical des islamistes*

« Le retour aux années 1990 est impossible » « des chefs de partis islamiste radicalisent le discours dans le but de se replacer sur l’échiquier politique » « le radicalisme nous a couté très cher, nous avions eu un grave accident démocratique en 1991, et c’est grâce aux artisans de l’arrêt du processus électoral que l’Algérie est sauvée » Popopoo respect mec ! Nous ressortir la décennie noire pour nous demander de faire confiance au pouvoir en place, il faut avoir les couilles ! Nous demander de faire confiance à des gens qui ont laissé couver une guerre civile ravageuse c’est osé, finir en affirmant que l’Algérie est sauvée, je dis stop ! On est cons mais y’a des limites quand même. Le plus étonnant reste que Mister Benyounes réfute le meeting de campagne, et ce bien qu’il affirme que c’est « la dernière ligne droite avant l’élection ». Il réfute car pro-Abdelaziz dans l’âme : « le chef de l’état rentrera pour reprendre ses fonctions » il ajoute que les « adeptes » de l’application de l’article 88 devront patienter : « ceux qui brandissent l’article 88 veulent un coup d’état médical » « Bouteflika n’est ni atteint d’une maladie grave, ni d’une incapacité à assumer ses missions », quand on vous disait qu’il avait qu’une grippe

Le plus beau reste le finish : « qu’ils aient le courage d’affronter les urnes » j’applaudis ! Magnifique ! Surtout en sachant que les fraudes se font rares en Algérie et que tout est régulier et transparent. Bref Bouteflika le messie descendra des invalides et pourfendra les vilains pas beaux. Voilà c’est dit.

Abderrezak Makri : « la classe politique algérienne est mature »

La blague du jour, quel boute en train ce mec ! Il ajoute que la stratégie de son parti « repose sur cette force vive qu’est la jeunesse » arrête j’en peux plus !

Excusez ce bref moment d’hilarité, c’était déplacé de ma part mais il y a des fois ou on ne peut simplement pas se retenir…

Louisa Hanoune dénonce le code de la famille

Ta gueule ! En plus tout le monde s’en fout…

Un peu d’économie pour changer ? Oui ? Non ? Bon ok on y va

Le marché de l’informel

Mustapha Benbada, ministre du commerce, qu’il brule en enfer (il était à Annaba aujourd’hui pour faire le tour des marchés et ils ont bloqué la route, une heure à attendre le bus sous le soleil, A MIDI !!!), estime que le défi auquel doit faire face son ministère est de convaincre les vendeurs « malveillants » de suivre les saintes voies de la légalité…

Malveillant : (adj.m) se dit d’un jeune chômeur algérien qui passe ses journées debout sous le soleil ou sous la pluie, à essayer de vendre une marchandise sur laquelle l’état ne touche pas d’impôts. Les avis divergent sur le jeune chômeur en question, l’état affirme qu’il refuse de travailler dans la légalité pour des raisons inconnues et qu’il nuit à l’économie, alors que le jeune affirme faire ça car il est le dos au mur et que sans ça il y a risque de crever de faim… Larousse économique Français-Algérien édition 2013. Je serai plutôt tenté de croire le jeune ; non pas car son histoire est plus touchante, véridique, ou authentique, mais juste parce qu’il est jeune, on est comme ça à ElHadraBle$h, on aime les jeunes. Surtout que le jeune, il la chie pas sa marchandise, y’a des gens derrière qui la lui fourguent… qui ? Telle est la question…

Bon maintenant les solutions : « étudier avec minutie les raisons qui poussent ces citoyens indélicats à jeter leur dévolu sur ce monde de transactions parallèle ». On frôle la quatrième dimension… Après l’étude minutieuse, on propose des solutions « concrètes ».

Concret : (adj.m) mot accessoire servant à faire taire les sceptiques et ceux qui savent que les solutions ne sont en fait qu’illusions. Larousse Français-Algérien des marchés édition 2013.

Bon je vais vous dire ça commence à me gaver toutes ces histoires, on va se divertir un peu, place à la TV !

Toufik Khelladi DG de l’EPTV

« Diversité, Authenticité, Convivialité »

L’ENTV, je suis venu, j’ai vu, je me suis crevé les yeux ! (Jules César à propos d’El Yatima)

Toufik Khelladi a tenu à résumer le contenu des grilles de la télévision algérienne à travers ses 5 chaines (5 ? elle est plus orpheline ? parle-ton d’une chaine et de 4 « rediffuseuses » ? je ne saurais le dire l’ENTV non merci, ou plutôt jamais de la vie)

Alors on nous promet plus de 70 programmes pour le Ramadan, dont 6 feuilletons arabes, 10 films étrangers et une série policière… le tout agrémenté de 20 fictions algériennes… après on s’étonne du nombre de Harragas !

Monsieur Khelladi affirme que « la grille se concentre sur les attentes de tous les téléspectateurs »… alors d’abord on concentre quelque chose sur quelque chose d’autre, on ne peut pas concentrer quelque chose sur tout… non on ne peut pas. Et ensuite je n’ai pas eu connaissance d’un programme geek (jeux vidéo, mangas, animes etc..) d’un documentaire animalier RECENT, d’un programme sur le ping-pong australien, etc… ça en fait des téléspectateurs en moins, donc CONCENTRER les programmes sur TOUS les téléspectateurs, bah c’est pas possible c’est tout.

La suite n’est pas mieux, « nos efforts se sont concentrés sur les contenus plutôt que sur la grille en elle-même »… 10 millions de dollars à qui m’explique ce que ça veut dire. Moi personnellement je pense que c’est un entrainement bouddhiste qu’il a subi au Népal : on prend une grille et on se concentre dessus de toutes ses forces jusqu’à atteindre le Nirvana. Mais bon il a préféré « se concentrer » sur les contenus, pour notre plus grand malheur à tous !

En ce qui concerne le contenu sur lequel toute l’équipe semble s’être « concentré » : une étude interne a été réalisée pour répondre aux attentes afin que les programmes ne soient pas « commerciaux ». C’est quoi ça Déjà? Étude interne ? Vous êtes surs que vous ne voulez pas embaucher des étrangers pour vous aider à lancer la télévision algérienne? S’il vous plait ? Ensuite afin que les programmes ne soient pas commerciaux… mais tu diffuses Switchers connard !!! bon ok je m’emporte un peu. Pas commercial ? On vise Sundance ? Berlin ? Après on dira que l’Algérie ne sort pas des sentiers battus tss !

Pour ce qui est de l’avenir du secteur et la concurrence nous avons droit à ça : « l’enjeu se mesure sur le long terme, il faut tenir longtemps avec des programmes de qualité et avec respect des règles professionnelles de production audiovisuelle et de diffusion d’œuvres et des règles professionnelles de la concurrence ». Traduction : on s’en fout, on est les seuls sur le marché, les nouvelles chaines ne font que de la merde et on les tient par les couilles. L’ouverture de l’audio-visuel, c’est pas pour demain, mouhahahahaha….

J’ai refermé le journal. J’ai pris liberté, au hasard, et voilà ou ça me mène mes conneries. J’ai renoncé à prendre El Watan, Le soir, El Khabar ou que sais-je encore. J’étais tranquille, j’étais peinard, qu’est ce qui m’est passé par la tête je vous le demande bordel de merde ! Évidemment tout ça m’a rappelé le Real Madrid invité à jouer contre 3 millions d’euros… putain ils en ont du fric à claquer pour inviter l’un des meilleurs clubs du monde, surtout si on se demande toujours contre qui ils vont jouer, et surtout si on fait le change : 300000000 de DA en arrondissant, ça fout le tournis !

Ça m’a également rappelé les bacheliers post-Benbouzid, les serial-tricheurs, qui après avoir été sanctionnés ont fait du grabuge AVEC LEUR PARENTS, moi si mon père il apprend que j’ai triché, il me suicide c’est pas plus compliqué ! Eux non, et ça manifeste et ça demande des comptes. Sans oublier que la triche s’est faite de force, avec force menaces contre les surveillants… qu’est-ce qu’on fait dans ces cas-là ? Eh bin on efface tout et on redouble hein, c’est rien une année… Merci qui ? Merci tonton Sellaaaaal. L’absurdité est monté d’un cran de par chez nous. Avant on disait qu’il était permis de tricher…pas de se faire prendre, et maintenant on se dit que tout est tout bonnement permis ! ah et au fait, Joyeuse indépendance…

Pour ceux que ça intéresse, voilà le lien d’un article sur Annaba, un petit bilan rapide de tout ce qui s’y passe et de tout ce qui s’y est passé.

*Liberté N°6351