Cinquentenaire : cafouillage et marché noir


Image 

 

Dans un registre plus culturel (haha cte bonne blague) c’est bientôt le cinquantenaire de l’indépendance! Ils doivent se retourner dans leurs tombes les Chouhadas, parce que bon… au vu des résultats de leurs sacrifices… A leur place j’aurais pas été content. Si j’étais un martyr je serai revenu hanter quelques grosses légumes histoire de rigoler un coup, au moins tout n’aurait pas été perdu. Bref, revenons à nos moutons ou plutôt à nos loups de l’événementiel… alors l’affaire « Elissa » restera pour moi le « What the Fuck » ultime de cette année déjà bien chargée! Bon déjà 1 milliard pour la « diva » ça laisse perplexe alors si en plus on nous apprend que la ministre de la culture est furax car ce concert ne semble pas organisé en totale harmonie avec la loi algérienne, pour ne pas dire que les modalités de paiement sont tout bonnement illégales. Le maire se défend comme il peut: avec une adaptation de la plus vieille rengaine du responsable algérien : « c’est pas moi c’est l’autre ». Notre bien malaimé maire nous affirme que ce n’est pas lui qui se charge du paiement mais l’organisateur, c’est-à-dire le responsable d’une boite d’évènementiel privé engagé pour s’occuper de tout ça en accord bien évidemment avec le comité  des fêtes de la ville. Bon ou bien le comité des fêtes ne dépend pas de la ville et de la mairie, et la, on nage en plein délire, ou alors c’est qu’il se fout de la gueule du peuple, ce qui me parait quand même plus plausible…

Le patron de la boite d’événementiel en question, Salim Chabi, anciennement appelé Dj Salim, justifie le choix en rappelant qu’Elissa est une superstar qui a vendu des millions de disques et qui est très prisée par les Algériennes et les bônoises en particulier, mais aussi par les Algériens, et les bônois en particulier, l’artiste (si on peut appeler ça de l’art) a en effet une plastique à faire exploser les millions de jeunes, bouillants d’hormones, que compte l’Algérie. Alors oui il marque un point, et oui amener des vedettes coute cher, mais bon un milliard… pour une fête nationale… ils sont où nos artistes? Moi je suis sur qu’ils auraient pris moins cher et que c’aurait été un honneur pour eux car ils sont fiers d’être Algériens etc etc… toujours est il que la partie la plus intéressante se trouve à la fin du billet, quand Mr Chabi refuse de faire tout commentaire quant aux modalités de paiement… pour ceux qui ne le savent pas encore, la chanteuse a exigé d’être payée en dollars, or il est absolument impossible pour le maire, ou Salim, ou même Bouteflika d’échanger un milliard de dinars contre l’équivalent en devise… c’est la loi qui le dit, et la loi l’interdit formellement! eh oui la mairie de la ville achète au marché noir via des intermédiaires messieurs dames, la voila l’Algérie de 2012, voila le système Algérien dans toute sa splendeur, voila comment on se tire une balle dans le pied. Maintenant qu’il y ait derrière tout ça d’autres histoires scabreuses de détournement et/ou d’accords véreux que ça m’étonnerait pas… ah oui voila le papier de DNA. Veuillez me pardonner mais j’étais trop absorbé à essayer (encore une fois) de saisir le pourquoi du comment, hélas sans succès…

Ce contenu a été publié dans Général par elaswed. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos elaswed

algérien bien malgré lui aux gouts douteux et a la personalité "spéciale" qui est contre toute forme defforts et de bonne volonté ce que j'aime : ma ngoulech!!! ce que j'aime pas : facebook et les gens!!!

6 réflexions au sujet de « Cinquentenaire : cafouillage et marché noir »

  1. je ne comprend pas ce qui vous tracasse dans cette histoire ?
    es-ce le fait de choisir cette artiste libanaise ? ou le fait de payer des artistes étrangers en devise ?
    le hic est que vous vous appuyer sur la position de la ministre de la culture qui découvre en 2012 qu’il y a un monopole de certaines boites de com sur l’argent public ?

    permettez moi d’apporter quelques éléments qui vos échappent peut être.

    Certains  »artistes » algériens réclament des rémunérations de loin plus importantes que ce qu’a réclamé Elissa la libanaise.
    Le gouvernement dont madame la ministre fait partie a fait appel à la troupe libanaise Karakala pour l’inauguration de la cérémonie officielle du cinquantenaire.
    Evidemment cette troupe libanaise sera payée en devise et pour un montant dépassant de loin celui réclamé par Elissa.
    monsieur Bentorki (DG de l’ONCI, qui est un organisme public) n’en est pas à sa première facture en devise.

    madame la ministre cri au scandale pour une très simple raison : ce n’est pas elle qui va dépenser les crédits de cette manifestation.

    • j’en ai rien à foutre de la ministre je ne la cite que parce qu’elle a osé une sortie médiatique, personne n’est dupe… ce qui me tracasse c’est comment des officiels bafouent les lois que ce soit le maire ou la ministre ou autre voila ce qui me pète les c******. on sait tous très bien que l’argent public appartient à quelque personnes quelque soit le domaine ou le secteur d’activité. pour l’artiste je trouve en effet le choix discutable mais bon après chacun son trip. pour le reste le fait est que je trouve ça scandaleux on aura beau être habitués voire blasés ça passe pas…

    • J’ai lu l’article d’Elaswed et à aucun moment la nationalité d’Elissa est mentionnée. Mettre l’accent sur sa citoyenneté libanaise et observer qu’elle n’est pas algérienne sont deux choses différentes. Mais penchons nous sur la question centrale qui est le financement. L’histoire ne vous tracasse pas plus que ça et vous rappelez à raison les précédents induits par Khalida Toumi. On a compris que c’était de la rhétorique, pourtant désapprouver la gestion de Toumi revient à désapprouver celle du comité des fêtes de Annaba. Personnellement je m’en bats les steaks qu’Elissa touche 1 millions de dinars, puisque c’est ni vous ni moi qui allons payé son cachet. La personne qui la verra sur scène alimentera son compte en banque. Ceci dit, l’achat de devises sur le marché parallèle reste bel et bien illégal. Malheureusement l’individu n’a pas trop le choix, mais une institution qui possède des liens étroits avec l’administration locale? Niveau déontologie, on connait mieux.

  2. Tu sais quoi? Mes cousines la kiffent, mon oncle de 50 ans aussi. Matkhafch il y aura du people au concert. Et s’ils veulent claquer leurs thunes pour ça, rabi isahél. Après, bien sur, ce serait cool de faire bosser elfannanin ta3na, pourquoi pas promouvoir du sang neuf ya sidi. Et vive Cheb Bilal thab wella takrah.

    • Rabbi ysahel 3a kol moumen s’ils kiffent c’est tant mieux, mais bon 15000 billets faut quand meme les vendre elissa ou pas elissa… concernant cheb bilel c’est une bonne chose qu’il ait été choisi, au moins les psychologues vont pas chômer ce cinquantenaire

Wesh rayek fel mawdou3?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s