Cache-Sexes, Lèche-Culs


Exemple de ce que font les "gens bien"

Exemple de ce que font les « gens bien »

Gustave Courbet, en peignant l’origine du monde n’aurait jamais pensé que son œuvre puisse, 147 ans plus tard, influencer l’art en général et la peinture en particulier. L’art étant un moyen d’exprimer, de manière claire ou non,  une idée, un sentiment, un état d’âme ou simplement une vision des choses, il reste personnel voire intime. Partager son art avec un public est une chose à laquelle aspire chaque artiste, et même s’il n’est pas toujours compris, l’artiste reste maitre de son œuvre et de sa création. Le public aura beau crier à l’arnaque, s’insurger contre le « mauvais goût » et être révolté, toutes ces manifestations sont et resteront vaines, car l’homme ne fait qu’exprimer sa subjectivité via son art. Débattre de la subjectivité est comme vous le savez certainement aussi vain que de crier face à un sourd.

Cependant certaines personnes en ce bas monde et en cette époque dite « d’ouverture » trouvent encore le moyen de porter atteinte aux œuvres d’art sans autre forme de procès. C’est ce qui est arrivé aux œuvres de l’artiste-peintre, Adel Bentounsi, qui  a eu la très mauvaise surprise de découvrir que ses œuvres, exposées à l’Institut Français d’Annaba, ont été littéralement saccagées par des vandales pour la simple et bonne (bonne?) raison que celles-ci ne leur ont pas plu, ou plutôt que celles-ci traitaient d’un sujet quelque peu (très?) tabou : la frustration sexuelle.

Car oui, le lieu du crime a beau être « l’Institut Français », endroit censé être fréquenté par des gens « biens » (à savoir des gens de « bonne éducation ») proches des lettres et des arts en général, et de tout ce qui touche à la culture de loin ou de près.  On se rend bien vite compte qu’il n’abrite en son sein qu’un vague troupeau de péteux et pédants croyant détenir la science infuse et se pensant au-dessus des gens, bien au-dessus. Bien évidemment il serait indélicat et absurde de ma part de généraliser de la sorte et d’affirmer que tous, sans exception, sont ainsi faits. Il existe des exceptions, comme partout, et tous ne sont pas des « fils et filles de » pensant que leur présence sur terre est un privilège fait à la populace.

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à nos frustrations, certaines peintures d’Adel représentent des organes sexuels masculins ou féminins ayant plus ou moins la forme d’animaux et de créatures issues de l’espace ou de l’imagination fertile d’un artiste. Sur certains tableaux on voit les organes/animaux se pleurer les uns les autres car ne pouvant être ensemble, d’où un sentiment de profonde tristesse, de frustration voire de colère. Pourquoi ne peuvent-ils se rejoindre et vivre heureux? A cause de bien des obstacles et de freins: Le « qu’en dira-t-on », la religion ou plutôt l’interprétation très fantaisiste que l’on se fait de la religion, le poids des traditions, la cherté de la vie, la peur, l’appréhension la mauvaise perception que l’on se fait de la sexualité épanouie etc… Plus concrètement et dans l’absolu, on ne voit que des créatures imaginaires dessinées en différentes positions, l’interprétation qu’on en fait ne dépend que de nous. C’est pourquoi l’artiste répond aux vandales que le mal réside dans l’interprétation et non dans l’œuvre… et c’est là tout le génie de l’artiste, qui grâce à deux trois coups de pinceaux parvient non seulement à véhiculer des paragraphes et des paragraphes de non-dits, mais aussi à mettre le doigt sur un des plus grands tabous de notre société.

Nul besoin de se voiler la face, la grande majorité de la jeunesse algérienne est sexuellement frustrée, elle ne pense qu’à un mariage qui tarde à venir, à une famille imaginaire, à vivre dans des logements « sociaux » à travailler pour « l’état ». Et les années passent, et la frustration laisse des traces. Les rares filles (notre société pardonne bizarrement tout aux garçons et rien aux filles) qui vivent librement leur sexualité et qui ne s’en cachent pas sont soit des prostituées, soit des cas sociaux, et vivent donc marginalisées, au ban de la société. Les autres jouent les saintes nitouches en espérant ne jamais se faire prendre…  

Mais les choses sont loin d’être aussi simples, personne n’admettra les faits avec aisance, préférant prétendre que le problème n’existe pas, que tout va bien dans le meilleur des mondes et que tout est ok. Les hommes continueront de traiter les passantes de salopes, et à sexuellement harceler leurs collègues, et les femmes continueront à faire des mariages d’intérêt à tort et à travers, et à se vendre corps et âme pour quelques bijoux et deux quintaux de laine, et pour le prétendu bonheur des parents. Bien évidemment l’état, à travers la police, continue de jouer au chat et à la souris avec les couples, à la forêt ou au bord de la mer, alors que les dealers sévissent dans les écoles et les CEM, et que rentrer dans certains immeubles ou se rendre à certains endroits après une certaine heure relève du suicide.

C’est un peu de tout cela que traitent les peintures vandalisées, et encore de tellement d’autres choses… Mais il semble que les gens de « l’institut » n’aient pas gouté à cette forme d’art et qu’ils ont tout bonnement décidé de tout « arranger ». Car l’auteur, quel qu’il soit, croit profondément avoir rectifié le tir et avoir sauvé des yeux « innocents » de l’œuvre corruptrice du Démon. Il est navrant de voir que l’ancien centre culturel mué en institut abrite une telle bande de cons. Comme quoi la culture, la tolérance, et l’ouverture d’esprit ne s’obtiennent pas grâce à une carte d’adhérent, tout comme cette appartenance à une communauté « étrangère » n’immunise pas contre la bêtise. En ce sens, l’Institut Français a failli à sa mission et tout semble à refaire… oubliez donc vos conférences pompeuses et vos concerts de pacotille pour vous pencher sérieusement sur les vrais problèmes de la jeunesse  Algérienne messieurs dames les vendeurs de la soi-disant Culture.

6 réflexions au sujet de « Cache-Sexes, Lèche-Culs »

  1. Si je ne réagis pas à ton post, ce comm est t’il le Cache-Sexe de ma pensée!? hein!
    Quand t’auras le temps explique-me le titre de ton article « siktou ».

  2. Que voit-on dans l’une des peintures originales? Un sexe masculin grimé en loup pleurant devant un sexe féminin maquillé en agneau. Il s’agit là de la distribution des rôles telle que conçue et transmise par chaque maman algérienne mettant en garde sa fille contre la fréquentation des hommes. L’agneau est doux, l’agneau est faible. Le loup est rusé, le loup est méchant voire violent. Nous sommes en plein dans les stéréotypes et loin d’être dans leur dénonciation. L’oeuvre n’aurait même pas mérité un article dans un blog si elle n’avait pas été vandalisée. La souillure a soudain changé la perspective en y ajoutant un élément extérieur : le regard critique de la société sur l’affichage de ses propres stéréotypes. Soudain, on voit se matérialiser le tabou social et la colère que suscite son dévoilement. Le coup de couteau qui lave le déshonneur et la tentative de refermer à la peinture noire la brèche ouverte dans le symbole de l’honneur qu’est le sexe verrouillé de la fille.
    D’oeuvre intéressante mais banale, elle accède grâce à ce coup de pinceau/couteau au rang de coup de génie qui pourrait envoyer à la postérité les deux artistes dont l’un restera pour toujours anonyme tel le soldat du même nom.

    Tiens, dans le même genre, cela me donne une idée de génie : habiller la statue de femme nue de Ain el fouara en hijab et la photographier. Ne vous avisez pas de me piquer l’idée…. ou je….

    Signé Chatnoir (ou comment, sans petits fours ni champagne, transformer en baratin de vernissage la bêtise d’un gamin qu’on a laissé sans surveillance devant une peinture avec à la main un feutre noir et un coupe-ongles)

    • Le loup est méchant voire violent: jamais vu de loup avec deux bosses ni de loup violent pleurer, et g jamais vu d’agnelle (surtout de cette forme) pleurer un loup.
      Nous sommes en plein dans les stéréotypes et loin d’être dans leur dénonciation : ah bon?, molo sur les contes des frères Grimm ça brouille ta perception je crois…
      L’œuvre n’aurait même pas mérité un article dans un blog si elle n’avait pas été vandalisée : sur elhadrablesh peut être pas mais sur un autre blog je sais pas, je suis personnellement pas très porté sur la peinture et je n’y connais pas grand-chose mais il n’empêche que je ne vois pas pourquoi l’œuvre ne mériterait pas d’être mentionnée ou exposée, selon toi.
      D’œuvre intéressante mais banale: … faudrait quand même décider…
      Elle accède grâce à ce coup de pinceau/couteau au rang de coup de génie: je trouvais l’œuvre géniale bien avant son altération, on est loin du coup de pub qui vise à créer le buzz je te rassure…
      Tiens, dans le même genre, cela me donne une idée de génie : habiller la statue de femme nue de Ain el fouara en hijab et la photographier. Ne vous avisez pas de me piquer l’idée…. ou je….: Faudra t’expliquer avec les gens de Setif, t’inquiètes si tu te fais tabasser je serai le premier à écrire un billet rien que pour toi😉.
      …Comment, sans petits fours ni champagne, transformer en baratin de vernissage la bêtise d’un gamin qu’on a laissé sans surveillance devant une peinture avec à la main un feutre noir et un coupe-ongles: m’est avis que c’est pas l’œuvre d’un gamin, vu ce qui a été visé, je crois que le type savait ce qu’il faisait, de plus des gamis se baladant avec des feutres noirs ça existe peut etre, mais avec des coupe-ongles… Rabi yostor

      • Vu ta réponse, le caractère purement « trollesque » de mon commentaire n’a pas été assez clair notamment lorsque je signais que c’était du baratin de vernissage (donc rien de sérieux), je parlais de mon commentaire et non pas de ton article.

        Il faut qu’il soit clair que je suis loin de mettre le talent de l’artiste que je ne connaissais pas et dont j’ai beaucoup apprécié les autres oeuvres vues sur le net (mais pas celle qui a été vandalisée, là, je suis sérieux, et ce n’est pas en raison de son caractère sexuel mais parce que je lui trouve beaucoup de naïveté).

        Donc bravo à l’artiste, il y en a si peu dans ce pays!
        A bas les vandales, il y en a trop dans ce pays!

        Pour Sétif, je laisse tomber, j’attaque ça au photoshop, c’est moins risqué😉

        • j’avoue avoir hésité, ne sachant pas vraiment si c’était de l’humour ou du sérieux, à la fin j’ai préféré répondre de manière sérieuse mais sans animosité j’espère ne pas t’avoir froissé (sait-on jamais)
          Pour le baratin de vernissage il faut dire que les gens qui assistent à ce genre de manifestations sont sérieux comme la mort d’ou ma déroute…
          Pour ton projet « artistico-provok-cherche la mourir à tout prix » contacte -hayat the algerian way- qui adore refaire des tableaux ou retoucher certaines oeuvres de façon trés fantaisiste, elle écrit aussi mais bon apparemment son blog est mort-né… ce qui est assez triste vu le spécimen!
          Au plaisir de te lire, et sache que je suis scié de voir que tu publies de manière aussi ponctuelle et régulière comment tu fais?!!! on devrait prendre exemple sur toi a elhadrablesh, surtout el 7arrag tiens…

Wesh rayek fel mawdou3?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s